POURQUOI LES PAUVRES VOTENT CONTRE LEURS INTERETS ?


Les citoyens économiquement les plus modestes ne sont pas toujours fans des politiques de redistribution.

Au fil des ans, les politologues, notamment américains, ont avancé diverses explications : les pauvres, expliquent-ils, par exemple, ont beau être pauvres, ils ne s’en rendraient pas compte. Enfin, pas totalement. La plupart sous-estimeraient ainsi que les riches ne sont pas un peu, mais immensément plus riches qu’eux.

Et de fait, les Américains sont convaincus que les 20% de leurs concitoyens les plus fortunés contrôlent 59% de la richesse du pays, alors qu’en réalité ils en détiennent 85%. Résultat : bercés par le rêve américain, les plus modestes surévalueraient grandement leurs chances de rejoindre cette élite économique. Et se fourvoieraient donc lorsqu’ils soutiennent des mesures fiscales favorables aux plus riches en pensant, qu’un jour, eux-aussi, en profiteront.

Quatre chercheurs américains, viennent d’avancer une nouvelle thèse : pour eux, si les pauvres votent contre leur intérêt, c’est qu’ils ont peur qu’une politique sociale généreuse profite surtout…. à encore plus démuni qu’eux. Les faisant du même coup descendre tout en bas de l’échelle sociale. Car il y a toujours plus pauvre et donc plus aidé que soi-même. C’est ce que ces chercheurs baptisent la «last place aversion», autrement dit, le dégoût pour la dernière place. Comme aux cartes, l’important est bien d’être celui…. qui n’a pas le pouilleux!

Pour le démontrer, ils n’ont ni plus ni moins procédé à une expérience de laboratoire. Les chercheurs ont distribué à des «cobayes» des sommes d’argent représentant leur revenu théorique, et chacun a pu savoir à quel niveau de richesse il se situait par rapport aux autres participants. Les chercheurs leur ont ensuite donné le choix : préféraient-ils bénéficier d’une augmentation de revenu modeste mais tout à fait certaine, ou participer à une loterie, qui, si par hasard ils la gagnaient, les ferait progresser d’un ou plusieurs rangs par rapport aux autres participants.
La probabilité d’opter pour l’une ou l’autre solution s’est révélée à peu près stable pour tous les participants. Sauf pour les deux moins bien lotis qui optaient plus souvent pour la loterie. Le plus pauvre pour sortir de sa condition, le «deuxième plus pauvre» pour ne pas…. prendre la place du dernier si jamais celui-ci tirait le gros lot.

Dans une autre expérience, où chacun devait choisir de donner un dollar soit à celui qui le précédait (un peu plus riche) ou le suivait (un peu plus pauvre), les «avant derniers» préféraient systématiquement enrichir leur «supérieur» direct plutôt que de voir leur suivant atteindre leur rang. Autrement dit, l’important pour l’électeur américain ne serait pas d’être pauvre, en valeur absolue, mais bien de ne l’être pas trop, en valeur relative.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×