La Dette nationale .
Composition de la dette .
Manipulation de la dette .

 

Le montant de la dette nationale en lui même ne veut pas dire grand chose ;tout dépend en quoi il est fait par qui il est fait et comment il est fait .
Il est extrêmement facile d'embellir ,de noircir ou même de trafiquer honteusement  unh même déficit .

Je reprends les points essentiels (il y en a bien d'autres )  :

 

1° Méthode :

On comptabilise ou non dans "la dette" le montant futur des pensions des fonctionnaires .
On sait "doubler" la dette exprimée comme çà ....

2° Méthode :

L'Etat est ou non "vidé comme un lapin" ; en d'autres termes la dette nationale peut être virtuellement "nulle" mais bien évidement reportée sur les communautés,régions,communes,institutions,etc ....

3° Méthode :

On "cache" la dette des travaux courants .
En d'autres termes,on n'entretient plus rien ,ce qui fait bien évidement en immédiat des économies "folles".... mais des dépenses futures plus folles encore.... un pont non entretenu,c'est 10 ans plus tard un pont qu'il faudra remplacer ... 
Et nous savons tous où nous en sommes concernant les routes,les ponts,le rail,etc .... 

4° Méthode :

On majore ses "avoirs " (l'Etat a en effet des "avoirs" : des devises étrangères,des obligations sur des dettes étrangères,etc ....
Il est très facile de "chipoter" ces montants ; en chipotant sur le taux de change bien évidement,mais aussi sur la probabilité d'un remboursement d'une dette : une dette garantie par le Zoulouland (ou Chypre ....)par exemple est "peu susceptible d'être un jour honorée",mais néanmoins figure sur les "actifs" ....

On peut aussi envisager que les devise dans lesquelles sont libellé les retours d'investissements seront à un taux supérieur  à celui prévisible à l'échéance .

5° Méthode :

On minimise les dépenses futures : on minimise le coût des grands travaux futurs,du matériel militaire "lourd (les chasseurs F 16 par exemple qui arrivent en bout de vie....),on manipule aussi très facilement le taux de croissance espéré .
D'une part si il y a croissance,il y a moins de chômeur à payer .
D'autre part si il y a croissance,il y a plus de produits vendus donc plus de taxes qui rentrent .... 

On peut aussi envisager que les devise dans lesquelles sont libellé les dettes seront à un taux inférieur à celui prévisible à l'échéance .

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×